Menu


 

 

 

Cart

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(1ère semaine d'avril)

Question : (posée par un étudiant) Swami, comment pouvons-nous instaurer en nous-mêmes le bonheur constant ?

Swami : Être toujours heureux, c'est s'établir dans une Conscience Intégrée Constante. Si quelqu'un vous réveille au milieu de la nuit et vous demande votre nom, quelle serait votre réponse ? Vous vous rappelleriez sans effort et répondriez par votre nom - n'est-ce pas ? Pourquoi est-il si facile pour vous de vous rappeler votre propre nom ? C'est parce que vous êtes habitué à ce que les gens s'adressent à vous par votre prénom, jour après jour. Vous vous identifiez à ce nom. De même, si vous répétez plusieurs fois "Je suis divin, je suis divin", vous finirez par vous établir dans cette conscience. Chaque fois que vous respirez, vous dites "Soham". Cela se produit 21 600 fois par jour. "Je suis Cela", c'est la vérité que le souffle se répète constamment.  “Je suis Cela” signifie “je suis Dieu.” Si vous vous exercez à vous souvenir de cette vérité chaque matin et chaque soir, vous serez bientôt conscient que vous n'êtes pas un garçon avec un nom, mais que vous êtes vraiment Dieu. Si vous pensez que vous êtes de la poussière, vous êtes de la poussière. Si vous pensez que vous êtes Dieu, vous êtes Dieu ! Ce que vous pensez, vous le devenez. Si vous pensez que Swami est toujours avec vous dans votre cœur, vous sentirez constamment sa présence... Au moment où vous oublierez que vous êtes un individu et que vous vous souviendrez que vous êtes vraiment Dieu, vous serez établi dans la béatitude. Vous devez continuer à vous rappeler : "Je suis Swami". Ensuite, même si vous êtes réveillé au milieu de la nuit, vous direz : "Je suis Dieu".

Muddenahalli, Inde, 9 Septembre, 2014

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(5ème semaine de mars)

Question : Swami, j’éprouve une grande joie à chanter Vos bhajans et Vos nama (noms) mais, parfois, quand je chante pour Vous, j'ai du mal à me connecter vraiment avec Vous et à penser à Vous tout au long du bhajan. Pouvez-vous nous conseiller sur la façon dont nous pouvons nous connecter avec Vous à travers le bhajan et namasmarana ?

Swami : Réfléchissez un instant : quels sont les moments où vous vous déconnectez de Moi pendant les bhajans ? C'est seulement lorsque vous pensez au bhajan lui-même que vous vous déconnectez. Il faut que ça coule, mais au moment où vous pensez que vous êtes l'auteur - que vous êtes le chanteur - la connexion se rompt. Au moment où vous vous attardez sur ce que les autres pensent de votre bhajan, la connexion disparaît. Au moment où vous commencez à vous inquiéter du raga (air), du tala (rythme), de l'harmonium et du tabla, la connexion se brise. Le bhajan doit venir de vous ; laissez-le couler librement. Ne le laissez pas être enrayé par d'autres choses - ce que les autres pensent de votre bhajan, si le bhajan va bien avec le groupe, si l'harmonium et le tabla font du bon travail. Toutes ces pensées vous distrairont.

Lorsque vous chanterez avec votre cœur, croyez-Moi, vous ne vous rendrez même pas compte que vous chantez le bhajan ; le bhajan se produira de lui-même. Concentrez-vous sur cela. Oubliez les autres autour de vous ; sentez qu'il n'y a personne d'autre que vous et Moi, et chantez le bhajan ; vous vous sentirez connecté. Je ne veux pas de l'harmonium et du tabla - ou de quoi que ce soit d'autre - si cela ne vous permet pas de vous connecter à Moi. Asseyez-vous dans un coin de votre maison, pensez à Moi et chantez le bhajan comme il vient de votre cœur ; ce bhajan aura bien plus d'effet que de chanter avec tous ceux qui vous distraient.

Néanmoins, le seva qui consiste à chanter les noms de Dieu aide également les autres à réciter et à se sentir unis à Moi. Vous pouvez être inquiet pour le bhajan, le tabla ou l'harmonium, mais les autres ne le sont pas. Ils sont seulement inquiets de pouvoir chanter Mon nom et devenir proches de Moi, donc c'est bien de le faire. Le conducteur doit rester éveillé pour que les passagers puissent dormir. Parfois, il faut aider les autres, et il n'y a pas de mal à le faire. Lorsque vous êtes seul, chez vous, asseyez-vous dans un coin tranquille et chantez de tout votre coeur. Alors, vous serez beaucoup plus connectez à Moi.

Australie, 30 Décembre, 2014 ( Session du soir)

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(4ème semaine de mars)

Question : Comment vous sentez-vous en tant que Sai Baba ? (Rires)

Swami : Qu'est-ce que Sai Baba ? Sai Baba, est amour, Sai Baba, est  compassion. Ainsi, quand vous vous sentez comme Sai Baba, tout ce que vous ressentez est amour et compassion pour tout le monde. C'est ce que vous ressentirez quand vous vous sentirez comme Sai Baba ! Sai Baba n'est pas un corps, Il est dans la nature.

Londres, UK, 31 mars 2018

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(3ème semaine de mars)

Question : Il y a tellement de joie quand je suis dans un satsang et que je chante. Cette joie est incroyable et je pleure d’une telle beauté. Mais je ne sais pas comment maintenir cela. Mon problème est que je ne suis pas capable de toujours faire passer Dieu en premier. Pourriez-Vous me guider, Swami ?

Swami : Shraddhavan labhate jnanam - celui qui est sincère atteindra la sagesse. C'est-à-dire que si vous êtes vraiment, vraiment sincère dans votre objectif d’atteindre cela, vous y arriverez. Vous devez être sincère - extrêmement sincère - en pensant : "Je dois devenir comme Swami, quoi qu'il arrive". Parfois, vous échouerez. Quand vous êtes né, vous ne marchiez pas, ne couriez pas, ne parliez pas et ne faisiez rien, alors vous échouiez déjà. Vous parliez d'une manière que personne ne pouvait comprendre. Pourtant, par la pratique, vous y êtes arrivé et vous vous êtes perfectionné. De même, si vous êtes vraiment sincère, n'abandonnez pas ; même si vous tombez, relevez-vous et marchez. Un jour, vous serez capable de faire tout cela  très simplement.

Le satsang est très, très important. Quoi qu'il arrive dans votre vie, il est crucial de rester en bonne compagnie. La bonne compagnie est la compagnie de Dieu. Vous devez aller chercher la bonne compagnie. Si vous n'avez personne autour de vous pour le satsang, vous avez toujours les livres. Lisez de bons livres, remplissez votre esprit de bonnes pensées, écoutez de bons chants et de bonnes conversations. Il y a tant de façons de s'immerger toujours dans la bonté. C'est à vous de choisir. Comme Je l'ai dit, si vous êtes sincère, vous trouverez un moyen ou un autre de vous maintenir dans ce sentiment, dans cette compagnie, afin de ne jamais vous en éloigner. C'est à vous de décider.

Uddhared atmanatmanam natmanam avasadayet - la cause de notre propre émancipation est notre propre moi, tout comme la cause de notre propre chagrin est aussi notre propre moi. Personne d'autre n'est la cause de notre chagrin ou de notre bonheur. Vous devez choisir d'être heureux et de trouver la bonne compagnie. S’il n’y a pas les bonnes personnes, il faut alors trouver les bons livres. Si ce n'est pas dans les livres, il reste mananam, c'est-à-dire la contemplation, le fait de se souvenir constamment ou de penser à Dieu. D'une manière ou d'une autre, vous devez trouver la bonne compagnie. Tout émane de satsanga, ou bonne compagnie.

satsangatve nissangatvam nissangatve nirmohatvam

nirmohatve nishchalatattvam nischalatattve jeevanmuktih

(La bonne compagnie mène à la solitude ; la solitude mène au détachement complet ;

le détachement conduit au principe immuable de la Divinité ; qui vous accordera la libération)

Tout commence par une bonne compagnie. Comme Je l'ai dit, si ce ne sont pas des gens, alors lisez de bons livres, ou mananam - continuez à penser à ce que vous avez déjà entendu.

Ottawa, Canada, 10 June, 2017

S'identifier ou S'enregistrer

OM SAI RAM