Menu


 

 

 

Cart

Catégories enfants

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(4ème semaine de février)

Question : Certaines personnes considèrent que leurs croyances sont supérieures à celles des autres. Comment est-il possible de convaincre ces personnes que toutes les croyances sont les mêmes ?

Swami : Les personnes auxquelles vous faites référence sont toutes comme des aveugles, essayant de se repérer dans l'obscurité. Le simple fait que quelqu'un dise que sa façon d’agir est meilleure que celle d'un autre montre qu'il est toujours aveugle. Si vous étiez guidé par un aveugle, vous aussi vous tomberiez. Vous ne devez donc pas faire attention à de telles paroles. Le fait même qu'ils voient encore une différence montre qu'ils manquent de compréhension. La vérité et la vraie connaissance consistent à voir l'unité en tous. Dans cette unité, comment quelqu'un peut-il être supérieur à un autre ? Tous sont égaux. Ne faites pas attention, n'écoutez même pas ces personnes.

Pourquoi se fier à ce qui est entendu ou à ce qui est dit ? Découvrez-le par vous-même. Brahmaiva brahmavid bhavati - seul celui qui a fait l'expérience de Dieu deviendra Dieu. Sans avoir fait cette expérience, personne ne peut définir Dieu. Vous pouvez définir la "douceur du sucre", mais quelle que soit votre définition, vous ne connaîtrez jamais son goût avant d'en avoir mangé au moins un petit morceau pour en connaître le vrai goût. Par conséquent, au lieu de vous fier aux descriptions, ne comptez que sur vous et découvrez-les par vous-même. Si vous rencontrez une personne, prenez un livre ou découvrez un enseignement, la première chose que vous devriez vérifier est si elle dit que tous sont égaux ou non. Écartez ceux qui ne comprennent pas ce précepte, car ce serait une perte de temps pour vous.

Padoue, Italie, 17 avril 2015

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(3ème semaine de février)

Question : Swami, quelle devrait être la bonne attitude pour faire l'upavasa (jeûne), le parayana (récitation des écritures) et autres saptahas (une semaine de culte, de chants ou de récitation des écritures sacrées) ?

Swami : Tout d'abord, vous devez comprendre pourquoi vous faites toutes ces pratiques spirituelles. Il ne s'agit pas seulement d'une observation rigide du culte.

Il ne sert à rien d'entreprendre quelque chose sans en connaître la vraie signification. Quel est le but de ces pratiques ? Vous le faites pour vous rapprocher de Dieu. La vraie signification de "upavasa" (jeûne) est "rester près de Dieu" - "upa" signifie "près" ou "proche" et "vasa" signifie "rester". Lorsque vous mangez de la nourriture rajasic (épicée, salée ou très parfumée), le mental devient également rajasic. Par conséquent, le jour de l'upavasa, prenez moins de nourriture et de la nourriture sattvic (pure), car la nourriture sattvic est nourrissante et favorise le calme. Lorsque le mental est en paix, il est plus facile d'atteindre le stade de dhyana (méditation). Dans dhyana, vous faites l'expérience de votre nature divine - puis vous atteignez jnana (sagesse). Quoi que vous fassiez, tout est un effort pour atteindre jnana.

De nombreuses personnes marquent chaque jeudi dans leur calendrier comme un jour de jeûne et luttent toute la journée sans rien manger. Ils ne prennent pas de petit déjeuner, mais ils se sentent bien. Ils font un peu de pooja (culte rituel), mais au bout d'un moment, la faim commence à se faire sentir. Lorsque l'heure du déjeuner arrive, leur concentration n'est pas sur Dieu, mais sur le déjeuner - ils oublient le bhajan et pensent au bhojan (nourriture) ! De plus, ils ne pensent qu’à la tombée de la nuit, au moment ou le jeûne prendra fin. Dès que l'obscurité arrive, ils prennent le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner simultanément ! (Eclats de rire) Ensuite, à cause de maux d'estomac, ils sont obligés de jeûner pendant deux jours supplémentaires.

Un tel upavasa (jeûne) n'est pas du tout un upavasa. Quoi que vous fassiez, faites-le après avoir étudié et compris sa signification intérieure. Quoi que vous fassiez, vous devez comprendre parfaitement pourquoi vous le faites. Les femmes ont tendance à tenir une liste de "choses à faire" et prennent plaisir à cocher les éléments qui ont été accomplis. Elles téléphonent à plusieurs amies pour leur dire qu'elles ont effectué différents upavasa et qu'elles apprennent des recettes pour préparer les plats requis pour un upavasa particulier. Elles pensent à tout sauf à Dieu ! (Rires) Il n'y a aucun avantage à observer un tel upavasa (jeûne).

Faites votre travail au quotidien. Lorsque vous faites tout pour plaire à Dieu, il n'est pas nécessaire de faire des choses telles que l'upavasa. Cependant, de temps en temps, lorsque le mental est perturbé, vous pouvez renoncer à la nourriture rajasic et prendre de la nourriture sattvic. Engagez-vous dans plus de dhyana, keertan et bhajan.

Muddenahalli, Inde, 29 mars 2015

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(2ème semaine de février)

Question : (Question posée par un étudiant) Swami, que devons-nous faire pour acquérir la pureté du cœur ?

Swami : La pureté est déjà présente dans le cœur. Tout comme l'enveloppe recouvre un grain de riz, la pureté est couverte par l'enveloppe des impuretés. Si vous souhaitez manger le grain de riz, vous devez d'abord retirer l’enveloppe. Si vous voulez manger une banane, vous devez d'abord enlever la peau. Si vous voulez manger une orange, vous devez d'abord l’éplucher. Le cœur est toujours pur, mais il est couvert de désirs. Les désirs rendent le cœur impur. Quel genre de désirs ? L'écorce amère qui entoure l'orange est comme les désirs égoïstes que vous avez - ils polluent le cœur. Cela rend la pureté inaccessible pour vous. Si vous supprimez les désirs égoïstes, vous ferez immédiatement l'expérience de la pureté de votre cœur.

La prochaine fois que vous prierez le Seigneur Ganesha, ne lui dites pas : “ Ganesha ! Laissez-moi obtenir les meilleures notes à mon examen de mathématiques. ” Vous devriez dire : “ Permettez à chacun de nous d’obtenir les meilleures notes à notre examen de mathématiques ! ” ou 

Combien avez-vous obtenu en mathématiques ?

L’étudiant : 99.

Swami : 99 ! (Applaudissements) Si vous pensez au bien-être de chacun, alors il y aura de la pureté. Si vous ne pensez qu'à votre bien-être, c'est l'impureté.

Kodaikanal, Inde, 16 mai 2014

QUESTIONS & RÉPONSES tirées des SRI SATHYA SAI UVACHA

(1ère semaine de février)

Question : Quand les gens sont tristes, que devons-nous leur dire pour les rendre heureux ?

Swami : « Cela aussi passera. » Même quand les gens sont heureux, vous devriez leur dire la même chose. « Cela aussi passera. » Tout va passer. Le bonheur et la tristesse vont et viennent. Le plaisir est un intervalle entre deux peines. Quand la peine vient, le plaisir suivra ensuite. En fait, quand les gens sont tristes, Je leur dit : « Vous devriez être très heureux d’être dans la peine, car cela signifie que le plaisir suivra. » Si quelqu'un éprouve du plaisir, Je lui dis : « Vous feriez mieux de faire attention, car la peine va suivre ! » C'est un cycle.

Santa Rosa, Californie, USA, 21 Juin 2017

 


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /web/htdocs/www.saiprakashana.com/home/fr/templates/gk_storebox/html/com_k2/templates/default/category.php on line 191

S'identifier ou S'enregistrer

OM SAI RAM